Nicolas Bovey

Ecrit par Parti Vert'libéral vaudois le 25/05/2015 | 0 commentaires


Nicolas Bovey, Lausanne, expert en assurances sociales et économiste d’entreprisenicolas bovey

Mon slogan : “Défendre au mieux vos intérêts est pour moi une motivation durable “

Il y a 44 ans, en 1971, j’ai vu le jour à Lausanne. J’ai vécu les 7 premières années de ma vie dans la région lausannoise, puis y suis revenu après un long passage de 25 ans en région morgienne. Je vis actuellement avec mon épouse au centre de Lausanne. La vie urbaine nous convient parfaitement : nous nous passons de voiture, la mobilité douce et les transports publics font partie de notre quotidien, la proximité des commerces et des activités culturelles est très appréciable.

 

Après avoir obtenu mon diplôme de l’école de commerce, mon impatience de me lancer dans la vie active m’a fait choisir de ne pas poursuivre les études tout de suite. Ainsi je me suis engagé dans une caisse de compensation AVS. En 1993, j’ai repris les études avec cinq années de formation en cours d’emploi aboutissant à l’obtention du diplôme fédéral d’expert en assurances sociales .

En 2007, j’ai obtenu un Bachelor en gestion d’entreprisses après deux ans d’études universitaires en cours d’emploi.

 

Durant 25 ans, j’ai travaillé dans plusieurs caisses AVS, dont 16 ans dans des postes de direction. En 2014, j’ai orienté ma carrière dans l’informatique de l’AVS en tant qu’expert métier.

 

Entré au parti vert’libéral vaudois peu après sa création en septembre 2010, je me suis présenté au Conseil communal de Lausanne en 2011. Notre liste n’a pas atteint le quorum pour cette première fois, mais  notre confiance et notre détermination à obtenir des sièges lors de la prochaine échéance en 2016 est intacte.  Lors de la création de la section lausannoise en 2012, dont je suis secrétaire, j’ai été nommé au comité. Je suis également représentant de Lausanne au comité directeur du parti suisse.

 

Guidé par une volonté constante de m’engager dans la vie associative et politique, j’ai pris part à de nombreuses organisations. J’y ai toujours privilégié le fait d’obtenir des mandats sur le plan national. En effet, les échanges avec des représentants de toutes les régions suisses m’intéresse particulièrement. La recherche d’équilibre entre nos cultures alémaniques, romandes, tessinoises et réto-romanes constitue toute la richesse et la complexité passionnante de notre pays.

 

L’expérience suisse en matière de gestion de la diversité me pousse à penser que nous pouvons apporter beaucoup dans la construction européenne. Je me profile donc comme un partisan d’une adhésion à long terme à l’Union européenne, lorsque cette dernière sera prête à évoluer vers des structures plus fédéralistes et démocratiques. En attendant cette échéance malheureusement lointaine, je reste un ferme défenseur de l’ouverture sur l’Europe par le biais de la voie bilatérale.

 

Ma formation tant en assurances sociales qu’en économie m’a conduit tout naturellement à m’intéresser au sujet du financement des assurances sociales. Je suis co-auteur du livre « Le financement des assurances sociales dans la perspective de Prévoyance 2020 » publié en été 2015 aux éditions Schulthess. Après une vue d’ensemble du financement, nous mettons l’accent sur le projet Prévoyance 2020, débattu dès cette année par le Parlement. Nous évaluons les diverses mesures proposées et établissons notre point de vue et nos propres propositions.

 

La formation professionnelle est également un domaine qui m’intéresse beaucoup. J’ai fait partie de comités d’organisation de formation et enseigne dans le domaine des assurances sociales et de l’économie quelques dizaines d’heures par année.

 

Sans être spécialiste en la matière, je m’intéresse de près au développement des énergies renouvelables. Outre son côté plus respectueux de l’environnement, je suis très motivé par le caractère très individuel que chacune et chacun peut avoir avec la production d’énergie renouvelable. Il est en effet possible de posséder ses propres panneaux solaires,, sa propre éolienne ses propres capacités de stockage d’électricité, ce qui reste impossible avec l’énergie nucléaire.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*